Le cimetière militaire du Commonwealth

Dès le mois de décembre 1916, le maire d’Arques-la-Bataille informe le Conseil Municipal de l’intention de l’armée britannique de créer un cimetière, à proximité de l’hôpital de campagne en construction sur le territoire de la commune près du manoir d’Archelles. La demande officielle leur parvient le 17 décembre 1917 par une lettre adressée par le Colonel Dumanoir, commandant de la zone militaire de Dieppe. Ainsi, ce terrain situé en bordure de la forêt d’Arques leur est rétrocédé.

 

Le cimetière compte un total de 311 sépultures dont 264 accueillent des Cafres (Zoulous et Bantous), les autres tombes étant celles de Chinois, d’Hindous ou d’Anglais ayant appartenu au corps médical.

 

C’est l’armée anglaise qui a fait venir ces hommes en 1917 pour travailler dans notre région. Ils provenaient tous du centre de recrutement créé dans les environs du Cap de Bonne Espérance. Plus de 20.000 d’entre eux avaient accepté de venir en France pour exécuter des travaux routiers et forestiers, pour servir l’intendance britannique, sous le commandement du Colonel Pritchard.

 

Le cimetière, qui en 1917 n’avait une superficie que de 1200 m2, sera agrandi en 1918 pour faire plus de 2000 m2. De nos jours, c’est une partie du territoire du Commonwealth et il est entretenu par le gouvernement britannique.